Antibiotiques : quelles solutions alternatives ?

La seule solution à ce jour connue contre les infections bactériennes est le traitement par antibiotiques. Ces médicaments sont pourtant en train de devenir de moins en moins efficaces face à des bactéries devenues parfois « multirésistantes » . C’est en grande partie la cause d’une utilisation répétitive et massive au cours du siècle passé qui a conduit à les rendre parfois presque invulnérables. En l’absence de traitements, les infections bactériennes deviennent dès lors une menace pour la santé publique. Alors quelles solutions alternatives les chercheurs peuvent-ils trouver ?

Alerte aux bactéries super résistantes

Pour rappel, les antibiotiques sont des molécules naturellement synthétisées par des micro-organismes pour lutter contre des bactéries. Depuis 60 ans, la quasi totalité des traitements antibiotiques trouvés en pharmacie sont issus de micro-organismes, principalement des bactéries.

La résistance des bactéries aux antibiotiques entraîne chaque année :

  • 25 000 décès en Europe
  • 23 000 aux Etats Unis

Par ailleurs, une récente estimation a prédit plus de 10 millions de morts en 2050 dans le monde, dus notamment à la résistance croissante des bactéries aux médicaments. Car pire que les bactéries « multirésistantes » , ce siècle a fait également apparaître des bactéries dites « toto-résistantes » – c’est-à-dire indestructibles face à toutes formes d’antibiotiques.

Le grand retour des bactériophages

La recherche a donc décidé de se tourner vers de nouvelles solutions telles que les bactériophages. Longtemps utilisés comme alternative aux traitements antibiotiques dans les pays de l’Est, les bactériophages sont des virus qui infectent les bactéries, s’y reproduisent pour finalement entraîner leur destruction.

Cette solution a été mise en avant dans des travaux précliniques menés par une équipe d’Inserm où des chercheurs ont soigné des souris atteintes de la bactérie E.coli. Et ceci grâce à la phagothérapie, une approche pourtant abandonnée suite à l’arrivée des antibiotiques dans les années 1940. Cette technique, encore utilisée dans les pays de l’ex Union soviétique, n’a pas encore fait preuve d’études suffisamment poussées pour être envisagée comme une solution remplaçant l’antibiothérapie en Europe ou aux Etats-Unis.

Cependant, la phagothérapie est une approche très intéressante en considérant la diversité naturelle des bactéries et en éduquant certains phages spécifiques pour les rendre plus efficaces. La phagothérapie est donc la piste la plus envisageable pour la recherche afin de palier aux bactéries « multirésistantes » …