Nomenclature connexion internet mobile

Quand on vous dit que vous pouvez consulter votre agenda en ligne BELENOS, nous vous garantissons que la connexion Adsl ou GSM et le bas débit n’entrave pas la bonne utilisation de notre outil.

Avec tous les informations émanant des opérateurs et prestataires, nous pouvons comprendre vos doutes.
Par conséquent, voici un petit lexique sur la nomenclature des connexion internet mobile en Europe :

  • 2G : encore appelé réseau GSM, qui était utilisé uniquement pour échanger de la voix,
  • 2,5G : encore appelé réseau GPRS, il s’agit d’une extension du réseau GSM dans le sens où il ajoute à ce dernier la transmission de données autre que la voix. C’est donc grâce au GPRS que se fait la communication par paquet qui permet de transférer comme sur un réseau informatique des images, fichiers, etc. Le débit maximal théorique d’un réseau GPRS est de 171,2 kbit/s alors que le débit réel maximal atteint est de 50 kbit/s. Cependant à l’usage on est en général sur un débit de 18 kbit/s.
  • 2,75G : encore appelé réseau EDGE,est aussi une légère évolution du GPRS. La norme EDGE est basée sur l’optimisation sur le traitement de la partie donnée pour obtenir un débit beaucoup plus élevé. Cette norme a surtout été mise en place pour éviter aux opérateurs des coûts de déploiement d’un nouveau réseau physique. La norme EDGE était compatible avec l’ancien équipement. Le débit d’un réseau EDGE peut aller jusqu’à 236.8 kbit/s en théorie,
  • 3G : encore appelé UMTS, il s’agit d’une norme très évoluée, bien que toujours interopérable avec les réseaux GSM. La norme avait été longtemps refusée du fait du coût de son déploiement par les opérateurs, néanmoins quand elle fait son apparition en Europe en 2002, le débit théorique annoncé est de 1,920 Mb/s. En situation réelle, on a du mal à passer la barre des 384 kbit/s. C’est ainsi qu’en fonction de la zone et de la vitesse de déplacement on a un débit allant de 144 kbit/s à 2000 kbit/s,
  • 3,5G (3G+) : encore appelé HSDPA, il s’agit d’une évolution de la norme 3G qui multiplie par 10 les performances de la technologie 3G. La radio est optimisé pour accroître le débit descendant (download) qui avoisine en théorie les 14,4 Mbps, et en pratique on se retrouve à 3,6 Mbps. Pour ce qui est du débit montant (upload), on reste sur le même débit que celui de la 3G,
  • 3,75G (3G++) : encore appelé HSUPA, cette technologie mobile est une évolution de l’HSDPA, à laquelle on s’est efforcé d’optimiser le débit montant (upload). Ce qui nous permet d’avoir un débit montant à 5,8 Mbps théorique qui permet d’envoyer des fichiers/images/vidéo plus rapidement sur le réseau,
  • 3,9G : encore appelé LTE, cette norme réseau est vendue aux États-Unis comme étant de la 4G pourtant elle ne respecte pas totalement les spécificités imposées par l’UIT (non-respect de la bande passante minimum imposée pour la 4G). Les réseaux ont un débit théorique descendant maximum de 326,4 Mbps et un débit théorique montant maximum de 86,4 Mbps. Pas besoin de vous préciser que ces débits ne sont jamais atteint en conditions réelles.